Marie Chazaly, professeur de théâtre des 4-5 ans et 6-10 ans

– Pouvez-vous vous présenter ? Nous définir précisément votre métier ?


Je m’appelle Marie Chazaly, j’ai eu un parcours assez particulier : j’ai fait 5 ans d’école de commerce, et à 24 ans j’ai tout plaqué pour changer de voie. J’ai toujours souhaité être comédienne. J’ai donc tout repris à zéro, en commençant par deux ans et demi au Théâtre des Loges et trois ans au Théâtre Les Déchargeurs.

J’ai ensuite commencé à jouer au théâtre, mais je me suis très rapidement dirigée vers le cinéma. J’ai également donné des cours de théâtre à des lycéens ; j’ai aimé et j’ai appris à prendre confiance en moi à travers ces cours.

J’ai eu l’opportunité de jouer dans plusieurs courts-métrages ; j’ai notamment travaillé avec un réalisateur, Laurent Maria, sur différents films. Il m’a proposé il y a 3 ans de jouer dans son long métrage en m’offrant le rôle principal de Nina. Ce tournage était tellement intense, que cela m’a donné envie de réaliser mes propres films.

J’ai commencé à écrire un long métrage La nuit est finie dont le tournage se déroulera en septembre 2020. Et un court-métrage réalisé en février, Mardi 18 heures, un film sur les rencontres et les réseaux sociaux. Je joue dedans et le réalise, mais c’est surtout l’écriture qui me plait.

 

– Qu’enseignez-vous à la Compagnie Maya ?


J’ai l’opportunité de donner des cours de théâtre au Théâtre du Temps, le mercredi pour les 4-5 ans et pour les 6-10 ans. Cette expérience de professeur est très forte pour moi. J’en suis très contente.

 

– Comment se sont passés vos premiers ateliers ?


Au début, c’était très intensif et même un peu stressant d’avoir un groupe de 12 enfants devant moi. C’était surtout au niveau de la discipline que c’était compliqué pour moi ; finalement j’ai appris au fur et à mesure avec eux.

Pour le spectacle de fin d’année, j’ai écrit une grande partie du texte, c’était une belle expérience. Nous avons commencé par beaucoup d’improvisations. Ce qui m’a vraiment donné envie de donner ces cours, c’est que je trouve que les enfants ont une imagination incroyable ! C’est drôle, les enfants n’en parlent pas forcément aux parents. Le théâtre permet d’en faire une force et d’en faire quelque chose de visible. C’est rassurant pour un enfant de le montrer grâce au théâtre.

 

 – Quelles sont les qualités à avoir pour travailler avec les enfants ?


Je suis stricte, mais toujours en expliquant. La patience et l’écoute sont primordiales. Par exemple, j’ai demandé à chacun quel type de spectacle ils aimeraient faire, quels rôles ils souhaiteraient jouer. C’est à ce moment que l’enfant à envie de participer puisqu’il est directement impliqué. La discipline se base sur le respect, il s’agit de considérer les enfants comme des grands.

–  Qu’est-ce qui peut être délicat ?


Ce qui est compliqué, c’est de gérer, canaliser un groupe d’enfants. Tout en restant très douce, je mets un point d’honneur pour que chacun ait la même place dans le groupe. Je leur parle et les dirige de la même manière. Cela se fait naturellement. Je ne veux pas faire de différence.

 

–  Comment dirige-t-on un enfant ? Notamment dans l’activité artistique ?


Au début de l’année, je faisais faire beaucoup d’improvisations, de sketchs, comme le « 1 2 3 4 5 » pour les tout-petits ; en faisant des actions, je mélangeais ensuite les chiffres en travaillant la mémoire et les émotions. On a travaillé le lâcher prise avec les improvisations, en les laissant inventer leur propre histoire tout en continuant à les diriger.

Il y a quelques mois, chacun, par groupe, avait à travailler un petit « spectacle » sur un thème. J’écrivais des phrases courtes sur des papiers pendant leurs sketchs pour les aider à improviser, pour dévier et repartir dans leurs propres histoires. Cela leur a vraiment permis de se libérer. Par exemple, il y a une petite qui a une peur panique d’apprendre son texte et de ne pas réussir. Je trouve que de réussir à répéter le texte sans le voir, à faire des improvisations est très important. Nous avons fait des présentations des spectacles. Je leur apprends à parler fort, à se tenir droit. Une petite, une fois, était fatiguée, n’avait pas envie de répéter son spectacle, j’ai pris sa place sans la forcer et elle est revenue toute seule.

 

 

–  Quels sont les bienfaits du théâtre pour les enfants ? Qu’est-ce que le théâtre apporte ?


En terme de timidité, c’est impressionnant : au début de l’année, des enfants ne voulaient pas quitter leurs parents et après quelques mois de cours, ils arrivent en courant et sortent des phrases tout seul sur scène : je vois une réelle évolution. On leur apprend aussi à écouter leurs camarades sans que ce soit scolaire, ce qui est super. Cela pour intégrer des indications à
réutiliser sur scène et pour leurs personnages.

Le but premier c’est qu’ils s’amusent ! Je leur montre qu’on peut travailler, apprendre tout en s’amusant…

 

– Quels sont les retours des parents ? Et des enfants ?


Avec les parents, j’ai des discussions, les retours sont pour moi importants. Il n’y a pas de jugement à avoir ni positif ni négatif par rapport aux comportements des enfants, sauf si il y a un réel souci. Une maman m’a dit que son enfant ne racontait pas beaucoup l’activité à la maison (ce qui est très fréquent !), elle se demandait pourquoi et pourtant il est super volontaire et adore être en cours, il a notamment un réel potentiel comique.

Avec les enfants, je leur demande s’ils aiment leur rôle. Au début du cours, je demande comment ça se passe au niveau de l’apprentissage du texte, comment ils se sentent, est-ce que c’était compliqué ou pas… Avant le travail du spectacle, je leur donne des saynettes sans texte, qu’on incorpore au fur et à mesure. Je fais toujours un point pour savoir ce qu’ils ont aimé faire ou pas, dans quel domaine ils se sentent plus à l’aise. Sachant que pour les tout-petits, il faut très souvent alterner les activités. Ils adorent les improvisations comme « le médecin » « le grand restaurant », mais avec le texte, c’est parfois plus compliqué. Nous allons faire une partie texte et un mime à la Charlie Chaplin en improvisation.

 

– Qu’aimez-vous le plus dans votre métier de professeur de théâtre ?


C’est vraiment de s’amuser, de lâcher prise, dans un cadre commun avec des règles communes. J’aurais vraiment aimé faire du théâtre petite. Lors de mon tout premier cours de théâtre, j’ai senti que j’allais en faire mon métier. J’aurais aimé faire travailler mon imagination étant enfant, je trouve que c’est une force. Être dans le lâcher prise grâce à une bulle d’imagination peut vraiment aider les enfants face à des situations de stress, de doute ou d’angoisse.

– Vous êtes aussi scénariste ? Vous pouvez nous en parler ?


Pour Mardi 18h et La nuit est finie, j’ai été guidée par un ami scénariste, j’ai beaucoup de chance. Pour Nina, j’ai vu le réalisateur faire, écrire le film, ce qui m’a donné envie d’écrire mes propres textes. Plus j’écris, plus j’ai des idées, c’est fou comme les choses se simplifient au fur et à mesure.

 

– Quelles sont vos dernières actualités ? Vos futurs projets ?


Je suis actuellement sur le montage de Mardi 18h. Je vais ensuite le proposer à un maximum de festivals. Je souhaite également réaliser La nuit est finie cette année et suis en recherche d’une production pour ce film. Dans le futur, j’aimerais élargir mes cours de théâtre en travaillant avec des adolescents tout en continuant avec les enfants.

 

– Pouvez-vous nous raconter un bon souvenir ?


Un jour, un petit garçon a joué sa scène devant tout le monde. C’était impressionnant de voir comme tous les enfants étaient captés et riaient ! Je lui ai dit continuer, de ne pas s’arrêter, c’était un moment magique !

 

Découvrir les ateliers théâtre enfants : juste ici